L’émergence des tiers lieux dans le nouveau monde coopératif maillé, avec Pierre Giorgini et Jacques Arènes le 18 janvier 2017

 

Auteur de La transition fulgurante parue en 2014 et de La fulgurante recréation (avec Nicolas Vaillant) en 2016, Pierre Giorgini vient de publier chez Bayard éditions Au crépuscule des lieux – Habiter ce monde en transition fulgurante. Ce troisième tome bénéficie de contributions de Jacques Arènes, psychanalyste, et d’une préface de Bertrand Vergely,philosophe.

 

 

Nous sommes entrés dans une nouvelle ère; la transition technoscientifique change notre rapport originel aux lieux, aux espaces, et au local. « Nous avons perdu notre toit », s’exclamait le psychanalyste Jacques Arènes.

Pierre Giorgini nous a invité à penser une fois de plus la transition : comment inventer des « tiers-lieux », des espaces ouverts et fédératifs, qui associaient la création en réseaux et l’enracinement local ?

Nous vous avons invité à cet échange apprenant et explorateur avec Pierre Giorgini et Jacques Arènes est intervenu  en contre point.

« La nécessité de créer ou de recréer de nouveaux lieux qui articulent le local et le global signifie que nous avons plus de mal avec cette expérience d’habiter, expérience couvrant le vaste champ du plus intime à l’ensemble du monde global. Les liens sont actuellement fragiles, et ils peinent à s’habituer en un lieu.  Il faut du temps pour habiter : il est nécessaire de faire confiance au lieu et à ceux qui l’occupent avec nous. Une partie d’entre nous – les plus fragiles psychiquement et socialement – sont expulsés de  leur lieu et de leurs liens. Leur habitat se rétrécit à quelques-uns, et parfois à eux-mêmes. Le monde connecté, et la société en réseau maillé ne sont réellement profitables qu’à quelques-uns : comment faire en sorte que ceux qui vivent à marge de ce monde y soient eux aussi intégrés ? »

Jacques Arènes